Retombées antisociales des attitudes réfractaires de la Majorité à l’effort national de paix :Descente aux enfers du Franc Congolais

Menace grandissante d’une révolte de casseroles vides aux conséquences imprévisibles

Alors qu’au lendemain de la signature, le 31 décembre 2016, de l’accord politique issu du dialogue conduit des mains de maître par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), une accalmie relative a été observée dans plusieurs secteurs de la vie nationale :

plus de liberté dans la circulation des personnes et des biens au-delà de minuit à Kinshasa et dans plusieurs provinces de l’arrière-pays ; réapparition de certains biens de consommation courante frappés de rétention par des commerçants qui s’adonnaient déjà à la spéculation suite à l’incertitude installée à l’ouverture du dialogue de la cité de l’Union africaine ; fléchissement modéré de prix des produits alimentaires de base tels que le manioc, le riz, le maïs, l’huile de palme ; stabilité de la devise nationale (le Franc Congolais) sur le marché de change (1 $US contre 1 200 FC) ; le prix moyen de communication téléphonique à Kinshasa était limité à 100 FC…

Le nationalisme dont se réclame la MP !

Moins de cinq jours avant l’annonce de la nouvelle relative aux cogitations sur l’arrangement particulier devant accompagner l’accord politique inclusif dans sa mise en œuvre, le démon de la malice et de la destruction qui ne cesse de hanter le camp de la Majorité présidentielle (MP), est venu mettre un discours très peu conciliant dans la bouche des ténors de cette famille politique qui renient le caractère inclusif dudit accord et, partant, la nécessité de la mise en œuvre de celui-ci dans l’immédiat pour mettre un terme à la crise qui bat son plein au pays.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les attitudes réfractaires de la Majorité présidentielle (MP) à l’effort national de paix en cours produisent des effets qui risquent d’anéantir, à court terme, tout ce qui aura été entrepris en commun au prix d’énormes sacrifices pour tirer le pays de son gouffre actuel.

En effet, des signes qui ne trompent pas indiquent clairement que la République démocratique du Congo va tout droit dans le mur en se faisant entrainer par des faits observables ci-après : la descente aux enfers du Franc Congolais.

Sur le marché libre de change à Kinshasa, le dollar américain a atteint hier le seuil de 1 300 FC ; la menace grandissante d’une révolte de casseroles vides aux conséquences imprévisibles ; la fermeture imminente de petites et moyennes entreprises à base nationale et risque des licenciements massifs sans préavis des travailleurs…

Il est temps donc, pour la Majorité présidentielle et alliés, de comprendre la mesure de dommages que leurs attitudes et comportements sont entrain de produire en ramant à contre courant de l’accord politique inclusif conclu le 31 décembre 2016 avec leur bénédiction qu’ils renient aujourd’hui par perfidie en vue d’empêcher le pays de sortir de sa mauvaise passe actuelle. Où est donc passé le nationalisme dont se réclame toujours cette famille politique à laquelle appartient le président Joseph Kabila ? Sujet à débat

Par Bamporiki Chamira

In this article

Join the Conversation