RDC : Joseph Kabila à l’ONU. André Alain ATUNDU «  un discours de grande maturité et de sérénité politique », Pierre Lumbi « le discours est vide, c’est un discours de banalité ».

Le discours à la 72e Assemblée générale de l’ONU du chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange, était au cœur des débats politique en RDC, si pour certains le raïs était à la hauteur, pour d’autres c’était un discours vide.

Réagissant à  ce sujet, le porte-parole de la majorité présidentielle André Alain Atundu a estimé que « c’est un discours de grande maturité et de sérénité politique de la part d’un homme qui a la parfaite maîtrise des problèmes sécuritaires et de la situation générale du pays »

Cathy Kalanga de la société civile plurielle, a posé la question de savoir si les acteurs politiques vont respecter ce qu’a dit le chef de l’Etat, avant de parler elle aussi  parle d’un « bon discours », selon elle, la société civile doit tout faire pour aider les acteurs politiques, sinon le pays va brûler.

A l’Union des patriotes républicains, Odette Babandoa constate que c’est la répétition d’un même discours ; « la distraction ». On parle d’un accord-cadre qui n’est pas respecté.

Joseph Kokonyangi, estime que qu’à travers son discours à la 72e Assemblée générale de l’ONU, Joseph Kabila a rendu compte des désidératas   de la population congolaise. « Sur le plan de la sécurité, le président de la République a démontré à la face du monde que la situation est sous contrôle », a soutenu le secrétaire général adjoint de la MP.

Et dans les rangs du Rassemblement des forces acquises au changement, Pierre Lumbi, le président du conseil des sages, considère que « le discours est vide, c’est un discours de banalité qui n’apporte aucune réponse aux attentes des Congolais ».

Quant au député national Toussaint Alonga de la Nouvelle Dynamique de l’opposition, il trouve dans le discours du président Kabila « la révélation de tout ce qui se mijote dans la Majorité présidentielle » pas d’ingérence de la communauté internationale.

Merveille Lundula Dikoma

In this article