CAN 2017: ces cinq joueurs qui ne retrouveront pas la Coupe d’Afrique

Les retrouvailles avec la CAN étaient quasiment annoncées. Mais Joel Matip, Gervinho ou encore Hamdi Harbaoui ne verront pas Gabon 2017. Entres blessures, désistement ou choix sportif, zoom sur cinq absents majeurs de la CAN.

Joel Matip (Cameroun)

Les Camerounais espéraient enfin le retour du défenseur de Liverpool, très convainquant avec son club depuis le début de l’année, mais Joel Matip ne viendra pas. Le Lion indomptable, qui n’a plus porté le maillot de l’équipe nationale depuis le Mondial 2014, a préféré rester en Angleterre plutôt que d’aller jouer au Gabon alors qu’il était dans la liste des présélectionnés. « Joël a vécu une expérience traumatisante au Cameroun, a tenté d’expliquer l’ancien international Joseph-Désiré  Job pour justifier l’absence de ce lui qu’on présente comme son cousin. Joël lui, a vécu, en plus des problèmes de gestion et l’absence de professionnalisme des instances dirigeantes, des guerres claniques montées de toutes pièces pour créer la zizanie entre les joueurs. »
Présent en Coupe d’Afrique en 2010 et lors des Coupes du monde 2010 et 2014, Joël Matip sera donc l’un des principaux absents coté camerounais. Le sélectionneur Hugo Broos n’aurait pourtant pas craché sur sa présence au sein d’une défense centrale qui n’a pas été toujours rassurante.

Gervinho (Côte d’Ivoire)

Les champions d’Afrique en titre vont se présenter au Gabon sans leur capitaine Gervais Yao Kouassi alias Gervinho. Celui qui a hérité du brassard après la retraite internationale de Yaya Touré ne disputera pas sa sixième CAN après 2008, 2010, 2012, 2013, et 2015. L’attaquant du club chinois de Hebei Fortune n’est pas guéri de sa blessure au ligament d’un genou contractée en octobre dernier. Elément incontournable de l’attaque des Eléphants depuis plusieurs années, Gervihno sera difficile à remplacer même si les champions d’Afrique ne manquent pas d’atouts offensifs.

Younes Belhanda (Maroc)

Ça devait être un beau retour à la CAN pour Younes Belhanda revenu dans les bonnes grâces de la sélection après quelques années difficiles dues surtout à des  performances aléatoires en club. Mais depuis qu’il a recommencé à briller avec Nice, leader de la Ligue 1 française, le meneur de jeu marocain avait retrouvé avec bonheur les Lions de l’Atlas, au point de rêver de la CAN au Gabon. Pourtant, le natif d’Avignon ne disputera pas sa troisième Coupe d’Afrique, après celles de 2012 et 2013, après s’être fracturé un orteil il y a près de trois semaines. Avec le forfait de Sofiane Boufal, le Maroc va devoir se passer d’un autre leader technique.

Kwadwo Asamoah (Ghana)

Pendant longtemps, il a été un pilier du Ghana avant de disparaître de la sélection depuis près d’un an et demi. Kwadwo Asamoah présent avec les Black Stars aux Coupes d’Afrique 2008, 2010, 2012, et 2013, ainsi qu’aux Coupes du Monde 2010 et 2014 était en passe de retrouver la sélection ghanéenne pour la CAN gabonaise. Mais le joueur de la Juventus, qui a perdu sa place sur le flanc gauche de l’équipe italienne pendant sa blessure, n’a pas été retenu par Avram Grant. Aujourd’hui encore au Ghana, on se demande si c’est un choix sportif de l’entraîneur israélien ou un désistement de l’ancien meneur de jeu, reconverti milieu ou arrière gauche.

Hamdi Harbaoui (Tunisie)

Hamdi Harbaoui pensait certainement avoir fait le plus dur quand il a été réintégré en sélection tunisienne, après avoir été écarté pendant près de trois ans. La raison ? Au lendemain de l’élimination des Aigles de Carthage au premier tour de la CAN 2013, il avait déclaré : « Les conditions ne sont pas bonnes. Le staff médical est zéro. Les entraînements sont catastrophiques. Il n’y a pas de discipline. L’équipe nationale on dirait une équipe de quartier ». Le joueur de Charleroi a dû présenter ses excuses pour pouvoir être rappelé en 2016.

Il marque pour son retour contre Djibouti (3-0) en juin 2016 et croit avoir définitivement renoué le fil de sa carrière en équipe nationale. Mais Henryk Kasperzack ne l’inclut pas dans ses 23 pour le Gabon alors qu’il était dans le groupe jusqu’au dernier match officiel de la Tunise en novembre 2016 face à la Lybie (1-0). Une déception pour le buteur, et peut être une perte pour l’attaque des Aigles de Carthage.

Commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.