Manchester United : Pogba, 120 millions d’euros, est-ce bien raisonnable ?

Le feuilleton Paul Pogba de retour à Manchester United va toucher à sa fin ce lundi contre la somme record de 120 M €. Et c’est ce chiffre qui fait surtout réagir au détriment des considérations sportives liées à ce transfert. Ce montant est-il si déraisonnable ? Eléments de réponses.

Le hashtag #Pogback lancé dimanche par Manchester United sur Twitter et les photos qui fleurissent sur les réseaux sociaux du Français dans la cité mancunienne ce lundi ne laissent plus place au doute, Paul Pogba va faire son grand retour chez les Red Devils. Grands ce sont aussi les chiffres qui accompagnent le transfert de l’été. Le club de José Mourinho a ainsi déboursé 120 M € pour faire revenir celui qu’il avait laissé échapper en 2012 au terme de son bail. Une opération financière, à première vue, désastreuse qui a provoqué un déluge de moqueries jusque dans les rangs des supporters mancuniens.

« Utiliser #Pogback comme si racheter un joueur 120M € parti pour des cacahuètes était un triomphe », peut-on lire notamment sur Twitter. Ou encore : « Célébrons la vente d’un joueur pour 900 000 € et son rachat quelques années plus tard contre 120 M€ ». Mais au-delà de ces réaction épidermiques et compréhensibles, le pari de MU est-il si insensé ?

A (re) Lire:  Officiel : Paul Pogba à Manchester United #POGBACK

« En économie, on dit de certaines personnes ou choses qu’elles n’ont pas de prix. On dit qu’elles ont de la valeur », avance Pascal Perri, économiste et consultant RMC Sport.

La jurisprudence Cristiano Ronaldo

La valeur de Pogba justifie-t-elle cette somme ? Pascal Perri tend à répondre par l’affirmative. « Pogba est un joueur très prometteur. Il est jeune, c’est un investissement d’avenir même si c’est un investissement risqué », souligne-t-il avant d’évoquer l’énorme valeur ajouté, autre que sportive, que Manchester United espère obtenir avec Pogba. « Il y a la capacité immatérielle, celle qui permet de séduire le public, de vendre des produits dérivés, de feuilletonner la relation avec le public. Tout ceci n’a pas de prix, cela a de la valeur », justifie Perri.

Une remarque qui fait écho à l’amortissement express de l’ancien transfert le plus cher de l’histoire du football, celui de Cristiano Ronaldo au Real Madrid en 2009 contre 94 M €. Une saison plus tard, les Merengue avaient déjà apporté une justification financière à cet investissement, avec notamment des ventes records de maillots floqués au nom du Portugais. On en recensait déjà 1 200 000 écoulés en un an rien que dans la capitale espagnole.

Et vendre des maillots, Manchester United sait faire. « MU a la capacité à transformer son image partout dans le monde, à la transformer en revenus commerciaux en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. C’est une « entreprise monde » ».

A (re) Lire:  Officiel : Paul Pogba à Manchester United #POGBACK

2 850 000 maillots vendus dans le monde

Une dimension mondiale qui ne devrait avoir aucune peine à distribuer en masse des maillots floqués Pogba. MU a ainsi écoulé 2 850 000 maillots à travers le monde lors de la saison 2015/16, occupant la tête des meilleurs vendeurs dans le monde concernant les clubs de football. Et ce, avec pour seule tête d’affiche Anthony Martial propulsé troisième vendeur de maillots derrière Lionel Messi et Cristiano Ronaldo.

Et s’il fallait encore un chiffre pour vous convaincre que la somme déboursée par Manchester United est en prise avec une certaine réalité, Pascal Perri rappelle dans quel environnement évoluent les Red Devils : « A partir de 2017, la Premier League sera la plus riche du monde avec 3.6 milliards de revenus audiovisuels britanniques et internationaux. Son pouvoir d’achat explose. MU est le premier club à investir massivement. » Les investissements des clubs de Premier League n’ont pas fini de se multiplier. Et de faire réagir.

avec BFM

N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter:



Commentaire

Tags from the story