Brutale hausse des prix sur le marché en RDC

La grogne de casseroles vides s’annonce déjà dans les quartiers pauvres de Kinshasa !

Depuis quelques semaines, les prix de biens et de services montent à travers le pays alors que les revenus de la population restent stationnaires ou deviennent carrément nuls par le fait du chômage et de tant d’autres facteurs intimement liés à la conjoncture économique mondiale! Plus perceptibles dans les agglomérations urbaines qu’en milieux ruraux, cette brutale hausse de prix frappe plus particulièrement les hydrocarbures qui se raréfient déjà au profit du marché noir et les produits alimentaires de première nécessité importés et locaux tels que les cossettes de manioc et le maïs sec.

Mais l’accalmie dont semblent bénéficier encore les milieux ruraux sur le marché des biens et services n’est que de courte durée car les prix des produits manufacturés dont ils ont régulièrement besoin connaissent aussi une hausse qui affecte le pouvoir d’achat déjà très faible des populations habitant lesdits milieux avec toutes les conséquences sociales qui en résulteraient

Par le temps qui court fortement marqué par l’agitation politique, la hausse des prix, notamment celle qui affecte les produits alimentaires de base, devient une sorte d’épée de Damoclès suspendue sur l’ensemble de la nation.

A (re) Lire:  Nouvelle bombe en vue à Kinshasa

En effet, dans plusieurs contrées de la République, la surenchère des biens de consommation courante alimentaires ne cesse de faire des victimes. Le cas de l’ex-province du Katanga où le maïs sec (ou la farine de maïs) importé de Zambie n’est à la portée que des seuls nantis, les ménages pauvres ne devant se contenter que de leur résignation face à plusieurs maladies de carence qui ne cessent de se manifester partout, notamment chez les enfants et les personnes de troisième âge, rapportent certaines sources.

L’Alma Mater de la République !

En rapport avec ce qui précède, la grogne des casseroles vides s’annonce déjà menaçante dans plusieurs quartiers pauvres de la ville de Kinshasa où des milliers ‘de familles vivent d’expédients face à l’accroissement exponentiel des prix de biens désirables, mais inaccessibles!

Mais la surchauffe brutale et dangereuse des prix qui semble faire plus de mal aux populations défavorisées du pays est celle qui affecte les produits offerts parles entreprises de téléphonie mobile.

En effet, il est démontré aujourd’hui que les Congolais pauvres peuvent se priver sans regret de leur portion journalière de “ Chikwange “, mais pas de leur appel téléphonique en direction d’une relation potentiellement capable de voler à leur secours!

A (re) Lire:  Les nouveaux magistrats jurent fidélité à la Constitution

Or, il est établi que le gros de la clientèle solvable des entreprises de téléphonie mobile en République Démocratique du Congo est constitué des personnes vivant avec moins de 50.00 francs par mois !

Que devient donc cette importante clientèle lorsque le prix de 50 unités passe de 500 francs à 600 francs à Kinshasa où l’argent est devenu quasi introuvable et le taux de change varie de jour en jour. Le dollar américain s’est négocié hier à 975 fc au centre ville pendant que dans certaines communes comme Matete et Lemba, il était à 960 fc. Il semble que le secteur des télécommunications cellulaires est devenu de nos jours l’Alma Mater de la RDC.

Avec la hausse actuelle des prix dont le pays, c’est l’effet contraire de ce qui a été constaté jusque-là qui pourrait se produire à court terme!

Qui désamorcera la hausse actuelle des prix sur le marché de biens et services en RDC?

Par BAMPORIKI CHAMIRA

N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter:

 














Commentaire

Tags from the story

Leave a Reply

Your email address will not be published.